Arts & Culture, Philosophie

Qu’est-ce que l’Ubuntu ?

Crédits photo : Joana Choumali

« Mon humanité est inextricablement liée à ce qu’est la vôtre » disait Obama le 10 décembre 2013, dans son discours d’hommage à Nelson Mandela et donnant une définition de l’Ubuntu. Ce mot issu de la tradition bantoue, présent dans toutes les langues bantu (lingala Bomoto, kikongo kimuntu, punu Butu, Kinyarwanda et Kirundi Ubuntu…) est un concept clé de la pensée et du système de valeurs d’Afrique subsaharienne. Qu’est-ce que l’Ubuntu ? Pourquoi ce concept est-il important pour la pensée africaine ?

L’Ubuntu : une preuve que la philosophie africaine existe

Il s’inscrit profondément dans la philosophie africaine, révélant comment les proverbes ne sont pas seulement porteurs de nation, mais aussi de pensée réflexive. La philosophie, pour reprendre la définition de Gilles Deleuze, est la discipline qui crée des concepts. Or, l’Ubuntu est un concept créé et remodelé par des leaders historiques pour répondre à des problèmes particuliers. Le concept d’Ubuntu montre bien que la philosophie africaine existe et ce, depuis l’Antiquité puisque les langues elles-mêmes portent, d’une certaine façon, une philosophie. Par exemple, définir d’une certaine manière l’humain, le locuteur au monde, révèle une vision particulière de voir le monde.

La portée philosophique de l’Ubuntu

Bantou étant traduit par « humains » en zoulou et « inventer, construire, mettre ensemble » en swahili, l’Ubuntu signifie l’humanité au sens d’une mise en relation avec sa propre humanité et d’une conscience que cette dernière passe par l’humanité de l’autre. L’Ubuntu est un appel à la construction d’une humanité créée collectivement. On peut avoir la preuve de sa signification lorsqu’on étudie les expressions idiomatiques (adverbes et expressions) comme « avec une main on nettoie l’autre », « le chef devient chef avec le peuple », « un homme est un homme par les autres hommes ». Celles-ci argumentent en faveur de l’idée principale de l’Ubuntu, qui est que « je suis parce que tu es », ou « je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ».

Nelson Mandela a popularisé le concept d’Ubuntu durant la période de l’Apartheid.

La portée politique de l’Ubuntu

La notion a eu de fortes implications politiques avec Nelson Rolihlahla Mandela (1918-1999), un des hommes politiques historiques d’Afrique du Sud qui s’est illustré dans la lutte contre le système institution d’apartheid (ségrégation raciale qui excluait les Noirs et les Indiens) et devenu président de 1994 à 1999. Avec l’archevêque anglican Mgr Desmond Tutu, ils participent au mouvement de réconciliation de la nation sud-africaine et notamment avec la nation arc-en-ciel intimement liée à l’Ubuntu : une société plurale post-raciale qui favorise la cohésion et la paix de tous les individus malgré leurs différences.